Eh oui ! Encore une expression anglaise liée au monde de l’entreprise. Mais celle-ci risque de vous faire voir les choses autrement et de replacer le bonheur à sa juste place : autour de vous. Alors que le burn-out touche près de 10 % de la population active, le bore-out sort des non-dits pour dénoncer l’ennui chronique au travail. Mais l’épuisement et la morosité ne sont pas une généralité et le smile-out compte bien démontrer tout l’intérêt d’adopter sa philosophie. Hausse de la productivité, baisse de l’absentéisme et motivation renouvelée, adoptons les bonnes pratiques pour redonner le sourire à nos collaborateurs !

Créer les conditions idéales pour vaincre le fléau de la démotivation

Le PDG de Harmony Patrice Reydon, un créateur de bureaux tendance énonçait il y a quelques semaines le terme et les vertus du « smile-out ». Il décrivait avec sincérité l’ambiance de son entreprise. Un univers bon enfant et détendu, où la pression du N+1 est absente.

Trop beau pour être vrai nous direz-vous ? Peut-être, mais à l’exemple d’Harmony, le bien-être au travail est synonyme de productivité et d’efficacité. Il encourage de bonnes relations et conduit à une solidarité constructive dans le travail de tous les collaborateurs, à tous les niveaux.

Une récente étude du cabinet Hays évalue l’épanouissement au bureau comme principale source de motivation chez les cadres. La nature de leur mission arrive en tête, suivie de près par le développement de leurs compétences et l’ambiance de travail. C’est cette dernière qui impacte le plus les salariés démotivés. Ils ont perdu tout intérêt dans leurs tâches quotidiennes en même temps que leur sourire. Mais comment les inonder sous l’effet smile-out afin de réveiller leur enthousiasme ?

Fervent défenseur du bien-être au travail, l’association Fabrique Spinoza définit plusieurs critères qui interagissent avec notre bonheur. Parmi eux, on retrouve en tête de liste le cadre de travail avec l’environnement sonore et physique, la qualité du matériel, le confort et l’atmosphère générale qui s’en dégage. Arrivent ensuite sur le podium les valeurs de la société et la gouvernance, dont les répercussions interagissent bien souvent avec le premier.

Le monde de l’entreprise est en pleine mutation et créer un univers où le salarié se sent bien est devenu une véritable préoccupation. Les eldorados des nouveaux espaces créatifs l’ont bien compris. Tout est pensé pour stimuler et motiver les résidents, à l’image du café-bar, des animations, salles de détente et bureaux avec jardin.

Avec une atmosphère réussie, le sourire revient tout comme l’envie de travailler. Cela va de pair avec l’amélioration des relations sociales au sein de l’entreprise. C’est un moyen idéal pour consolider un travail d’équipe efficace et pérenne.

Entre venir au travail à reculons ou y aller le sourire aux lèvres, le choix est vite décidé !

Sourions plus pour travailler mieux !

Le montant du salaire n’a jamais été synonyme de bonheur au travail. Mais aujourd’hui il n’est plus une raison suffisante pour valoriser un recrutement. « Même pour tout l’or du monde, pas question de se terrer dans une pièce de deux mètres sur deux et sans fenêtre » dirons certains, « plutôt mourir » penseront d’autres. Les mots sont forts, mais ils reflètent bien la réalité.

Nous avons tendance à croire que les résultats sont la condition sine qua non au bonheur dans l’entreprise. C’est tout le contraire.

Être heureux au travail est un moteur de croissance et conduit à de meilleurs résultats. Une étude de Mozart Consulting évalue une amélioration de 10 % de la qualité de vie au travail à une hausse d’un point du PIB.

Nous sommes arrivés à un moment clé où il faut repenser notre univers professionnel. Apporter les modifications pour faire de notre espace de travail un lieu qui prend en compte le bien-être social. Car quand on prend conscience qu’un collaborateur bien dans ses baskets fait preuve d’enthousiasme et de motivation, alors un sourire vaut de l’or !

Un air de changement souffle sur les bureaux. Les nouveaux espaces de coworking à l’initiative de Nextdoor, Hubsy Café, Upper concept, etc., sont source de motivation. Plus question de rester sous la couette en prétextant une migraine. Le smile-out engendre une implication au quotidien et surtout une participation active dans la culture d’entreprise. Alors, prenons un bol d’air autour du potager (Ciel mon radis), partageons une activité avec nos collaborateurs ou une discussion animée en salle de pause, puis retroussons-nous les manches.

Apprenons à nous détendre les zygomatiques et voyons le travail autrement !

Vous souhaitez publier un article sur le blog Wojo ?

Contactez-nous

Avez-vous aimé cet article ?

Moyenne / 5. Nombre de votes

3 Comments

  • […] Alors, quel est le rôle d’un Chief Happiness Officer ? Sophie, tu es Maitresse de maison, peux-tu nous dire quelle est ta mission ? La mission définie par Christian Boiron : Que l’entreprise soit chaque jour, à travers les salariés, plus humaine, plus agréable et donc plus efficace. A quoi sert le CHO dans un grand groupe ? Le CE agit pour le salarié dans l’entreprise mais surtout à l’extérieur de l’entreprise. Ici, par exemple, nous sommes 1000 personnes sur site. Au sein de son service, le manager indique les règles de vie. Quelles sont les difficultés au démarrage de la mission ? A l’oral. Pas besoin ! Après le burn-out et bore-out, place au smile-out ! – Pour travailler autrement. […]

  • […] publié aux éditions la Charte, en 2013. Un métier qui s’adapte aux besoins de l’entreprise. Après le burn-out et bore-out, place au smile-out ! – Pour travailler autrement. Eh oui ! Encore une expression anglaise liée au monde de l’entreprise. Mais celle-ci risque de […]

  • […] Après le burn-out et bore-out, place au smile-out ! Eh oui ! Encore une expression anglaise liée au monde de l’entreprise. Mais celle-ci risque de vous faire voir les choses autrement et de replacer le bonheur à sa juste place : autour de vous. Alors que le burn-out touche près de 10 % de la population active, le bore-out sort des non-dits pour dénoncer l’ennui chronique au travail. Mais l’épuisement et la morosité ne sont pas une généralité et le smile-out compte bien démontrer tout l’intérêt d’adopter sa philosophie. Hausse de la productivité, baisse de l’absentéisme et motivation renouvelée, adoptons les bonnes pratiques pour redonner le sourire à nos collaborateurs ! Créer les conditions idéales pour vaincre le fléau de la démotivation Le PDG de Harmony Patrice Reydon, un créateur de bureaux tendance énonçait il y a quelques semaines le terme et les vertus du « smile-out ». […]

Publier un commentaire