Avez-vous une bouteille en plastique sur votre bureau ? Dégusté l’un de vos déjeuners de la semaine dans une barquette à usage unique  ? Utilisé un gobelet jetable pour boire votre boisson chaude du matin ? Cet article vous concerne : l’heure du zéro déchet au bureau a sonné, et vous allez voir, ce n’est pas (si) compliqué.

À force de voir des images déprimantes du septième continent en plastique, qui fait tout de même trois fois la taille de la France continentale aux dernières nouvelles, et autres joyeusetés provoquées par notre consommation effrénée de plastique, les consciences bougent et la philosophie « zéro déchet » gagne du terrain.

Saviez-vous qu’en moyenne, un salarié français du secteur tertiaire produit entre 120 et 140 kg de déchets1 par an sur son lieu de travail ? Tant que ça ? On vous explique comment réduire au strict minimum ceux que vous produisezau bureau.

1 – Moins de déchets, ça commence par un « non »

Les acteurs engagés dans la réduction des déchets martèlent le même message depuis des années : la réduction des déchets s’appuie sur les trois « R ». R comme Réduire, Réutiliser, Recycler. Et réduire commence dès l’acte d’achat. Même si les sacs en plastique et en papier sont (théoriquement) devenus payants, bien des boutiques continuent à vous en donner un d’office lorsque vous faites un achat. Apprenez à dire « Non, merci », et sortez votre sac en toile, que vous avez pensé à laisser dans le tiroir de votre bureau. Cela vaut pour vos achats au supermarché, à la boulangerie pour la pause déj., à la pharmacie pour votre boîte de vitamines, etc. Vous n’aviez pas prévu de faire cet achat et vous n’avez pas de sac réutilisable sur vous ? Il vous reste des poches et deux mains, non ?

2 –   Devenez gourde !

Combien de bouteilles en plastique avez-vous utilisées depuis le début de l’année ? Nombre de boulangeries et restaurants proposent des formules déjeuner intégrant plat, dessert… et boisson, et hop, on repart sans réfléchir avec une bouteille d’eau en plastique. Dites STOP ! Vous vous rendez compte, une bouteille par jour, cinq jours par semaine, 47 semaines travaillées par an, cela fait 230 bouteilles en plastique.

Investissez dans une gourde en inox lavable, réutilisable à l’infini. Elle se remplit à la fontaine à eau du bureau, et si vous la choisissez isotherme, aura le mérite de garder votre eau fraîche tout au long de la journée.

Pour ceux qui aiment les yaourts brassés et les compotes, on ne résiste pas à la tentation de vous parler des petites gourdes réutilisables Squiz, hyper pratiques à emmener partout avec vous.

Vous ne faites pas (encore ?) vos yaourts et compotes vous-même ? Qu’à cela ne tienne : plutôt que d’acheter une portion à l’unité sur votre lieu de travail, prenez ce qui se trouve dans votre réfrigérateur, cela évitera le gaspillage. Et pendant que vous y êtes, au moment de faire vos courses, privilégiez les contenants recyclables en verre ou en carton.

À lire aussi : Il y a des ovnis dans mon espace de coworking.

3 – Amenez votre gamelle                     

Lors de votre prochain déjeuner au bureau, regardez la table sur laquelle vous avez partagé un repas avec vos coworkers ou collègues, et comptez le nombre d’objets en plastique. Combien de barquettes et de couverts jetables, alors ? Trop, on est d’accord.

L’idéal pour y remédier est de venir au bureau en apportant votre déjeuner dans un contenant réutilisable. En plus de réduire vos déchets et de maîtriser la qualité de ce que vous avalez, vos dépenses quotidiennes vont dégringoler.

On trouve désormais pléthore d’ingénieuses « boîtes bento » compartimentées, accompagnées de couverts réutilisables qui rendent cela très facile. Si vous êtes en espace de coworking, chez Nextdoor ou ailleurs, la curiosité suscitée par votre lunch box sera un excellent icebreaker pour nouer de nouvelles relations à l’heure du déj !

Vous n’avez pas le temps de cuisiner vos repas à la maison ? Investissez dans des boîtes réutilisables que vous conservez au bureau, et privilégiez les enseignes proposant des plats « en vrac » pour le déjeuner plutôt que des portions toutes prêtes. Il leur suffit de peser votre contenant avant d’y mettre le plat de votre choix, et le tour est joué. Et une barquette de plastique en moins, une ! Un geste simple à mettre en place, d’autant plus que les bars de vos espaces Nextdoor mettent à votre disposition des assiettes et couverts lavables, et donc réutilisables à l’infini.

4 – Des stylos qui ne font pas tâche

180 € par collaborateur par an, c’est le budget moyen consacré aux fournitures de bureau en France2. Combien de stylos, surligneurs et critériums en plastique possédez-vous ? Avez-vous vraiment besoin de tous ? Et surtout, combien en perdez-vous par an ? Pour réduire vos déchets, commencez par remplacer les crayons à papier en plastique par des crayons de bois. Puis, investissez dans un beau stylo à encre rechargeable que vous emmènerez partout avec vous. Il est beau, donc vous y tenez, donc vous y ferez attention, donc vous ne l’oublierez pas en réunion ou sur le bureau d’un collègue comme un vulgaire stylo bille en plastique.

5 – Réduire ses déchets en data

On pense tous aux déchets bien réels qui encombrent nos poubelles, moins à nos déchets numériques, composés des milliers de mails et de documents superflus stockés sur le cloud et dans des data centers énergivores. Prenez l’habitude de faire le tri régulièrement dans votre boîte mail et supprimez tous les mails qui ne vous serviront plus. Ne négligez pas les éléments envoyés, qui pèsent lourd dans nos boîtes mail ! Faites le ménage dans vos abonnements à des newsletters diverses et variées, en utilisant par exemple un outil gratuit comme CleanFox. Stockez un maximum de fichiers sur un disque dur local, et supprimez toutes les versions de travail inutiles qui encombrent votre serveur et votre espace de stockage.

À lire aussi : Les emails, comme des sacs en plastique à la mer

Seul, on va plus vite, à deux (et plus), on va plus loin

Agir à votre niveau, c’est très bien, mais transformer les usages de l’entreprise, c’est encore mieux. Voici quelques idées à souffler à votre boss pour favoriser la réduction de déchets de manière collective.

1 – Offrir à tous les nouveaux collaborateurs un kit de bienvenue personnalisé intégrant un mug, une lunch box et une gourde.

2 – Faire payer le café et le thé moins cher aux collaborateurs qui apportent leur tasse… et la lavent ensuite ! Bon à savoir, dans les espaces Nextdoor parisiens, on vous offre une remise de 10% sur votre boisson chaude si vous venez avec votre tasse !

3 – Inciter à réduire les impressions en affichant les statistiques d’impression dans les endroits clés, et mettre en place un trophée interne des collaborateurs qui auront imprimé le moins de documents dans le mois.

4 – Paramétrer le système informatique pour que tous les ordinateurs s’éteignent complètement la nuit, plutôt que de rester en veille.

5 – Mettre en place un système de tri pour le papier et le plastique, avec une signalétique forte.

6 – Suggérer l’installation d’un lombicomposteur dans les sous-sols de l’entreprise, ou la mise en place d’un partenariat pour la collecte des biochéchets avec le restaurant d’entreprise.

7 – Proscrire l’utilisation de dosettes individuelles, comme le sucre ou les touillettes, et privilégier des fournisseurs qui proposent de grandes quantités en vrac. Remplacer la machine à café à dosettes par une machine à piston.

8 – Utiliser des cartouches d’impression rechargeables, encore mieux que recyclables !

9 – Favoriser la réparation et le réemploi des matériels électroniques et informatiques qui ne sont plus utilisés par les collaborateurs.

10 – Faire un état des lieux de la gestion des déchets dans les locaux, par exemple en faisant appel à une association comme Zero Waste France. Combien de déchets sont produits, et par qui ? Comment sont-ils gérés ? Quelles sont les habitudes des collaborateurs en la matière ? Ces différents points permettent ensuite d’identifier précisément les sources de déchets, et les axes d’amélioration à mettre en place dans l’entreprise.

11 – Inscrivez dans vos tablettes la No Impact Week, organisée par l’agence de communication MIEUX, en parallèle de la semaine du Développement durable (29 mai – 4 juin), qui propose alors des MOOC et conférences inspirantes !

À lire aussi : No Impact Week : No doubt !

En conclusion

Le zéro déchet, il faut tous qu’on s’y mette si on veut agir pour le futur de notre planète. Cela se joue au bureau, à la maison, en vacances, etc. Piochez de bonnes idées en vous plongeant dans quelques saines lectures :

Famille Zéro Déchet, de Jérémy Pichon et Bénédicte Moret, préfacé par Nicolas Hulot (éditions Thierry Souccar, 2016). Courses, préparation des repas, confection de produits ménagers et cosmétiques, etc., cet ouvrage ludique passe au crible tous les aspects du quotidien et promet d’arriver à une poubelle familiale de 15 L. par mois seulement.

Zéro Déchet, de Béa Johnson (éditions J’ai Lu, 2015). Cette Française installée aux Etats-Unis détaille comment elle et sa famille ont réussi à réduire au minimum leur production de déchets en refusant, réduisant, réutilisant, recyclant et compostant.

La Vie Share : mode d’emploi de la consommation collaborative, d’Anne-Sophie Novel (éditions Alternatives, 2013), ou comment l’écoomie du partage et du troc peut vous aider à réduire vos achats et vos déchets.



Article rédigé par Clémentine Garnier pour
Nextdoor, Business Humanizer

1 – Source : ADEME, Guide Eco-responsable au bureau

2 – Source : étude réalisée en 2008 par l’Association des responsables des services généraux (Arseg) auprès de 179 entreprises.

2 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE