Selon une enquête Inkidata de 2019 réalisée auprès des Français et des membres Wojo, 72% des Français désirent télétravailler, mais 27% le font réellement. Si la demande de télétravail est là, la pratique ne suit pas nécessairement. Voici un petit tour d’horizon, études à l’appui, des bonnes raisons de permettre à ses troupes de travailler à distance.

Wojo « Les Français et l’épanouissement au travail »

1.     On devient plus attractif (et on le reste)

Plus aucun employeur ne peut l’ignorer, le télétravail est fortement plébiscité par les Français : si 49% des salariés expriment le souhait de pouvoir télétravailler (Opinion Way 2018), c’est que ce nouveau mode de travail qui répond aux attentes en termes de flexibilité, mais aussi de qualité de l’environnement de travail, séduit de plus en plus.


Opinion Way « Qui sont ces salariés qui voudraient télétravailler ? »

Ajoutez à cela la demande croissante de services à disposition sur le lieu de travail : salle de sport, douches, restaurant, conciergerie mais aussi ateliers de formation professionnelle, etc.  (Inkidata pour Wojo 2019). Autant d’options qu’une société pourra avoir bien du mal à mettre en place dans ses murs…

Il est donc intéressant pour une entreprise qui recrute de faire valoir la possibilité de fréquenter des espaces de coworking proposant toutes sortes de services, augmentant ainsi son attractivité : l’expérience collaborateur n’est plus un sujet à prendre à la légère et les RH l’ont bien compris, puisque 71% d’entre eux pensent qu’elle est même stratégique (Baromètre Parlons RH 2018).

Cela permet aussi d’accroître la fidélité des collaborateurs et de diminuer ainsi le turnover.

Lire aussi : Le top 10 des plus beaux espaces de travail partagés du monde

2.     On optimise les agendas (et on limite son bilan carbone)

68% des cadres considèrent le temps de transport comme étant la première cause d’insatisfaction au travail, selon une étude Cadre Emploi. La réduction du temps de trajet domicile-travail (temps qui s’élève à plus de 60 minutes par jour pour les Français, selon une étude Savills de 2019) est donc primordiale pour le bien-être des travailleurs.

Savills « Ce que veulent les travailleurs »

Encourager le télétravail, régulier ou occasionnel, c’est aussi gagner un temps considérable qui peut ensuite être mis à profit dans d’autres activités plus essentielles, mais aussi permettre aux entreprises de mieux contrôler leurs émissions de CO2 : un commercial qui a la possibilité de se rendre un espace de coworking proche de son rendez-vous s’y retrouvera également en termes de confort. Chez Wojo, il est même possible de se géolocaliser pour repérer l’adresse la plus proche de soi.

Le temps gagné permet de travailler mieux, mais aussi de se rendre plus disponible pour sa famille ou ses amis, développer toutes sortes d’activités extra-professionnelles et contribuer ainsi au bien-être, et surtout au mental (selon le ministère chargé de l’Industrie, de l’énergie et de l’économie numérique : 37 minutes et 45 minutes, sont respectivement les temps moyens gagnés par jour de télétravail au profit de la vie familiale et de davantage de sommeil).

Lire aussi : Seulement 49% des Français satisfaits de leur lieu de travail ? Plus pour longtemps !

3.     On encourage l’autonomie et la confiance (en soi)

Une demande de télétravail bousculera les habitudes de chacun, car « le télétravail implique un nouveau rapport au travail et un nouveau modèle managérial fondé sur la confiance et l’autonomie », peut-on lire dans l’étude du gouvernement citée plus haut.

Travailler à distance, loin de ses supérieurs, induit nécessairement un mode de management moins vertical que le rapport managérial classique : le collaborateur étant plus autonome, la confiance est primordiale et cimente la relation entre collaborateurs et managers.

Et tout le monde a tout à y gagner. Côté manager/employeur, la confiance permet de maintenir l’équipe motivée et de passer moins de temps et d’énergie à « surveiller » ses équipes. Côté collaborateur, la confiance est source de tranquillité d’esprit. De manière générale, la confiance permet une meilleure efficacité des équipes.

4.     On renforce la cohésion d’équipe

Les équipes, justement : on s’imagine communément que le sentiment d’isolement ou un moindre engagement peut s’installer chez le collaborateur qui pratique le travail à distance. En réalité, le télétravail permettrait d’avoir une meilleure cohésion d’équipe.

Grâce à la distance aidée par les nouveaux outils collaboratifs qui donnent la possibilité de conserver le lien et facilitent la communication, les interactions qualitatives sont privilégiées. Autrement dit, cela permet d’apprécier les moments passés entre collègues, plutôt que de les subir.

Le télétravail, contrairement aux idées reçues, se révèle vecteur de lien social au sein même de l’entreprise. Il a ainsi été mis en lumière par une étude (Morar Consulting) que travailler à distance renforcerait l’esprit d’équipe, puisque 91% des personnes interrogées estiment que les technologies de collaboration permettent l’amélioration des relations et du travail d’équipe.

5.     On favorise la performance et la productivité

Toujours selon une l’étude réalisée à l’initiative du ministre chargé de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie Numérique, le gain de productivité grâce au télétravail serait de 22%. Correctement mis en place, le télétravail aurait même un impact sensible de 85% sur la compétitivité des entreprises. Et bon point supplémentaire : on assiste également à une baisse de 20% de l’absentéisme.

Une meilleure qualité de vie au travail améliore donc très concrètement la performance et la productivité des collaborateurs. Une demande de télétravail devrait donc être étudiée comme l’opportunité de soulager, donner de l’air à un collègue, lui permettre d’être plus serein dans son travail, moins stressé, plus concentré, plus créatif et donc : plus productif.

6.     On va plus loin en élargissant son réseau

Que ce soit dans le cadre de leur mission actuelle ou en vue d’un changement potentiel d’employeur, les collaborateurs aujourd’hui prennent soin de leur réseau professionnel. Et c’est d’ailleurs ce que l’on attend d’eux.

Selon l’Apec, la capacité à développer un réseau et à travailler au sein d’équipes pluridisciplinaires seront les deux compétences les plus recherchées chez les cadres à court terme.

L’aptitude pour le networking n’est donc plus une option : rejoindre un réseau de coworking doté d’une identité forte et d’une communauté qui interagit concrètement, voilà qui permettra à celui qui demande à télétravailler de faire des rencontres et de renouer avec une certaine émulation grâce à un contexte nouveau. Là encore, l’employeur y trouvera un avantage certain.

7.     On fait (tous) des économies

Entre les absences pour cause de congés ou d’arrêts maladie, de réunions éloignées du bureau ou de grands déplacements, force est de constater que les bureaux se vident de plus en plus : une personne sur dix n’a pas envie d’aller au travail plusieurs fois par semaine (et 27% des Français trouvent acceptable de faire usage abusif d’un arrêt de travail…), nous apprend une étude ADP de 2018 !

Inversement, un salarié heureux serait six fois moins absent (chiffre Comeet 2019) : de quoi convaincre les RH de se préoccuper de l’épanouissement de leurs employés. Pourquoi décourager celui qui fait une demande de télétravail ?

Notons au passage que mettre en place le télétravail permet à l’entreprise de réduire les frais liés à son propre hébergement : en choisissant de placer un quota de commerciaux ou consultants en coworking, elle peut ainsi optimiser le nombre de postes de travail dont elle a réellement besoin.

Lire aussi : Les espaces de travail partagés, quel intérêt pour un chef d’entreprise ?

Enfin, de son côté, le collaborateur qui fait une demande de télétravail fait lui aussi des économies : moins de dépenses liées aux transports, aux frais de garde des enfants, moins de restaurants le midi, etc. Autant de raisons de plus de se montrer satisfait.

8.     On prend soin de l’employabilité de ses talents

Récemment un expert du cabinet Deloitte expliquait sur BFM Business qu’en raison des innovations technologiques et des progrès de l’intelligence artificielle, les compétences humaines ont désormais une durée de vie estimée à cinq ans.

Ce qui induit la nécessité de :

  • garder intactes la curiosité et la capacité de ses employés à apprendre.
  • prendre garde à leur offrir l’opportunité d’évoluer dans un contexte dynamique et de mettre à jour leurs connaissances en continu.

Une préoccupation qui intéressera là encore les RH soucieux de préserver l’employabilité de leurs équipes. Or de nombreux espaces de coworking proposent chaque semaine des conférences, ateliers, etc. et permettent d’échanger avec des pairs : le télétravail peut donc être une réponse (qui enrichira sans commune mesure le traditionnel plan de formation interne).

9.     On en arrive au bien-être de ses équipes

Vous l’aurez compris, le bien-être, cela compte. Nous préférons tous travailler dans un espace design et dynamisant, plutôt que dans une cave. Sic. Alors, en accédant à la demande de télétravail de ses collaborateurs, et en les dirigeant vers des espaces de qualité, on veille à leur bien-être. En effet, l’espace de travail en tant que tel joue un rôle primordial :

  • 83% des employés estiment que la qualité de l’espace de travail contribue directement à leur épanouissement.
  • Tandis que 91 % des employés de bureau disent se sentir frustrés dans leur environnement de travail actuel (JPG 2019).
JPG « Frustration professionnelle »

Il est donc grand temps de repenser les espaces de travail grâce à la généralisation du télétravail, appréhendé comme un complément au travail en présentiel au siège.

Lire aussi : 10 solutions pour améliorer le bien-être au travail

10. On évolue avec son temps

Pour finir, la notion de télétravail, on ne le dira jamais assez, va de pair avec celle de mobilité et de liberté. Il est donc indispensable, par les temps qui courent, d’être en mesure de composer avec… son temps : 93% des jeunes actifs ne veulent plus d’un bureau classique (Forbes 2018) !

C’est ainsi, les jeunes générations travaillent en mode projet, depuis leur canapé et en plein milieu de la nuit si le cœur leur en dit. Elles utilisent sans y penser les outils collaboratifs requis pour un télétravail efficace et ont des exigences fortes en termes de souplesse, d’autonomie et d’indépendance : enchaîner les millennials à un bureau fixe serait totalement vain.

En revanche, leur offrir un cadre de travail structuré, fréquenté par des seniors et toutes sortes de profils, garantira une meilleure organisation, une gestion optimale de leur temps et une certaine autodiscipline.

Attention cependant à ne pas laisser tomber ses équipes dans les pièges du télétravail : isolement social dans le cas du home office, durée de travail accrue, environnement de travail non adapté, difficultés à séparer temps personnel et professionnel, etc. 

Le collaborateur qui fait une demande de télétravail doit être accompagné et invité à se rendre dans des espaces de travail partagés de qualité, propices à davantage de communication et de lien social.

Wojo « Les Français et l’épanouissement au travail »

Chez Wojo, les entreprises peuvent faire bénéficier leurs équipes d’un abonnement à 9,90 € HT/mois sans engagement… un essai s’impose !

SOURCES :

Vous souhaitez publier un article sur le blog Wojo ?

Contactez-nous

Avez-vous aimé cet article ?

Moyenne / 5. Nombre de votes

Publier un commentaire