En 2019, près de 1,7 million de personnes travaillent dans des espaces de coworking en France, estime une étude Cushman & Wakefield. Depuis le premier espace de coworking ouvert en 2005 à San Francisco, l’image du cotravail (trois chaises et un bureau sous les lumières blafardes d’un garage reconverti) n’est plus ce qu’elle était. Pourtant, les idées reçues perdurent comme le montre l’étude Les Français et l’épanouissement au travail de février dernier. Ce qui explique que nombre d’entreprises soient réticentes à l’idée d’instaurer le télétravail.

Wojo a commandité à Inkidata une étude sur l’épanouissement des Français au travail [1] : ce fut aussi l’occasion de mieux comprendre que les préjugés sur le coworking subsistent. Nous vous aidons ici à comprendre ce qu’est vraiment un espace de coworking, et peut-être, lever vos doutes !

La chasse aux idées reçues sur le coworking est ouverte !

« C’est rempli de jeunes qui travaillent dans des start-ups. »

Vrai et faux. Ce préjugé sur le coworking s’explique légitimement par le contexte dans lequel est né le concept. Mais il doit être nuancé.
Tout d’abord, les coworkings sont fréquentés à la fois par des sédentaires qui travaillent là quotidiennement, mais aussi par des nomades (télétravailleurs, commerciaux & consultants, voyageurs d’affaires…).

Ensuite, ces lieux attirent aujourd’hui des travailleurs qui souhaitent être entourés d’autres professionnels. De plus, à l’instar de Wojo, en plus d’espaces de coworking, ils proposent à la fois des bureaux privatifs, des salles de réunion, des espaces de travail partagés et des lieux de vie communs (bar, cuisines…) : on y croise aussi bien des start-up et freelances que des TPE/PME ou des grands comptes.

Renseignez-vous : certains espaces de coworking misent sur une communauté riche de profils variés, afin de stimuler la créativité et promouvoir l’open innovation.

À lire aussi : Ce que vous croyez savoir sur le coworking

« Impossible de se concentrer, c’est bruyant ! »

Faux. Mais il s’agit là d’une appréhension bien légitime de la part d’un employeur qui serait séduit par l’idée de permettre à ses équipes de télétravailler. C’est pourtant définitivement un préjugé sur le coworking qu’il faut oublier.

Un peu comme dans l’espace zen de l’IDTGV, la plupart des coworkings demandent aux usagers de passer leurs coups de fil dans le couloir ou dans un espace dédié. Wojo propose  (impose devrions-nous écrire) même des « bulles » insonorisées pour téléphoner en toute tranquillité.

De plus, un espace de coworking propose un environnement de travail bien plus complet et sain que les sièges d’entreprise traditionnels : un mélange de lumière naturelle et d’éclairage stimulant, des plantes vertes, un mobilier adapté et une acoustique maîtrisée.

Car en effet, un espace de travail partagé digne de ce nom ne s’improvise pas. Le choix des matériaux, l’agencement des zones de circulation et des zones de travail… tout ceci est mûrement pensé pour aider les coworkers à se concentrer.

À lire aussi : Le studio Azimut revisite 4630 m² de bureaux

« Comme les bureaux conventionnels, il y a des horaires. Il reste plus simple de rentrer chez soi ou d’opter pour un café quand on est en déplacement ponctuel. »

Encore faux. Le coworking adresse aussi bien les créateurs d’entreprises passionnés que des noctambules ou les adeptes du petit matin. Si l’inspiration toque à votre porte aux petites heures de la nuit, que votre train part à 23h45 ou si votre profession implique de travailler avec vos équipes jusque tard dans la nuit, optez pour un coworking qui propose une offre d’accès 24 h/24 et 7 j/7.

Ainsi vous serez libre de travailler quand il vous chante, mais toujours dans de bonnes conditions : loin du brouhaha d’un café, des odeurs alimentaires d’une chaîne de restauration rapide et en utilisant imprudemment une connexion wifi non sécurisée de surcroît !

« Difficile de faire de belles rencontres quand tout le monde a le nez dans son écran. »

Absolument pas. Un préjugé sur le coworking tenace consiste à penser que la communauté n’est qu’une façade et que l’on y travaille comme partout, à savoir sans jamais faire la connaissance de ceux que l’on croise tous les jours.

Lutter contre la solitude du travail à distance est une des missions premières du coworking. Les bureaux partagés comme Wojo proposent des espaces de détente propices auxrencontres (un café, une terrasse, un jardin ou encore pour certains spots, la piscine) et des événements conviviaux (conférences, apéro, sorties culturelles et sportives) pour enrichir son réseau et échanger avec d’autres membres de la communauté. 

Des Business Partners se dédient en outre à la mise en relation des membres de la communauté, qui sympathisent ou font des affaires ensemble : ces interactions sont quotidiennes et vertueuses.

À lire aussi : Une communauté qui fait du business tous azimuts

 « Zéro confidentialité, puisque l’on doit partager l’espace avec les autres. »

Faux. Les coworkings proposent généralement deux formules. La première convient aux nomades : légers, ils sont libres de s’installer dans l’open-space, mais disposent cependant de petites salles ou d’espaces en retrait, pour les conversations strictement privées entre collègues. Les appels se font quant à eux dans des phones box.

La deuxième formule propose une location mensuelle d’un bureau privatif. Cette solution convient particulièrement aux travailleurs dont l’activité comprend des informations confidentielles ou qui ont besoin de stocker du matériel : un choix qui n’exige en aucun cas de se priver des avantages du coworking, puisque les équipes peuvent, selon leurs tâches, opter pour leur bureau ou les zones d’espaces de travail partagés.

Pensez-y : les espaces de coworking ont été imaginés par des entrepreneurs et travailleurs comme vous. C’est donc une solution taillée sur mesure qui tient compte d’un très grand nombre de contraintes et va même plus loin, en proposant des services…

« Coworker c’est me détacher de mon employeur ou éloigner mes équipes. »

Aujourd’hui, c’est plutôt le contraire ! Les entreprises qui proposent des places en coworking à leurs salariés démontrent à quel point elles valorisent leur travail et prêtent attention à leurs attentes (voir encore l’étude Les Français et l’épanouissement au travail…).

Héberger son entreprise dans des bureaux qui appartiennent à un réseau d’espaces de coworking permet de donner la possibilité de télétravailler en toute simplicité et bénéficier d‘un lieu de travail plus proche du domicile.

Une entreprise qui investit dans un bureau hors les murs fait preuve de confiance et d’une volonté de fidéliser ses collaborateurs en leur offrant un meilleur équilibre vie pro et vie perso.

Pour découvrir ce qui aide les collaborateurs à s’épanouir au travail, lire aussi : Ce que vous croyez savoir du coworking.

Ensuite, travailler en coworking favorise le contact avec d’autres professionnels, qui pourraient apporter des compétences complémentaires et donc de nouvelles ressources à l’entreprise. L’avènement du coworking pousse véritablement les entreprises à repenser la culture du travail, une résolution au cœur de la transformation de nombre d’entreprises.

« Le coworking est une mode passagère, bientôt tout le monde retournera au bureau. »

Faux. Depuis 2015, le gouvernement français apporte son soutien aux espaces de travail partagés destinés aux étudiants. Et en septembre 2018, il a déclaré débloquer 110 millions d’euros dédiés à la création et au soutien des tiers-lieux de travail. Selon le rapport sur la mission coworking, présenté par Patrick Levy-Waitz, président de la Fondation Travailler autrement, la France compterait presque 1 800 espaces dédiés au travail nomade. L’engouement ne semble pas près de retomber : la dernière conférence Global Coworking Unconference Conference 2018, a estimé qu’en 2022 il y aurait 5,1 millions de travailleurs nomades et 30 432 d’espaces de coworking pour les accueillir.*

Et en effet, l’émulation, la bonne ambiance, la mutualisation des espaces, la possibilité de télétravailler (dans le cas de coworkings qui donnent accès à tous leurs sites), mais aussi les nombreux services proposés : conférences business, salles de sport, conciergerie, service courrier/reprographie ou encore, les soirées festives sont autant d’avantages qui séduisent aussi bien les freelances que les employeurs ou les collaborateurs.

Alors ? Ferez-vous partie de ceux qui tentent l’aventure ? Pour lever vos préjugés sur le coworking, le plus simple est de demander à venir passer une journée, ou envoyer vos équipes en repérage, pour vous faire votre propre idée.

Chez Wojo dix adresses vous attendent déjà et le prochain espace, baptisé Wojo Madeleine, ouvrira en décembre prochain boulevard Malesherbes.

[1] – Etude Inkidata pour Wojo, Les Français et l’épanouissement au travail, février 2019 : téléchargez l’infographie



Vous souhaitez publier un article sur le blog Wojo ?

Contactez-nous

Avez-vous aimé cet article ?

Moyenne / 5. Nombre de votes

Publier un commentaire