>

« Non, c’est non ! » vous êtes-vous exclamé intérieurement la dernière fois que l’un de vos collaborateurs a évoqué le télétravail. Après tout, pourquoi devriez-vous donner le luxe à vos salariés de rester chez eux si vous-même vous vous démenez pour venir au travail le matin ?

Vous luttez contre une tendance ascendante : selon une étude Malakoff Médéric – Humanis parue en février 2019, 29 % des salariés français pratiquent désormais le télétravail. Bien qu’une grande majorité ait adopté le home office en recherchant un meilleur équilibre vie professionnelle et vie familiale, ce n’est pas toujours l’option la plus efficace. D’autres se rendent dans des tiers-lieux dédiés pour se mettre dans les bonnes conditions pour avancer. Alors, votre hostilité au télétravail est-elle bien fondée ? Il est temps de tirer au clair toutes ces idées reçues…

« Télétravail et management à distance ? Mission impossible ! »

Faux. Pourtant, nous vous comprenons. Ne dit-on pas que quand le chat n’est pas là les souris dansent ? C’est d’ailleurs là le plus gros préjugé entretenu contre le coworking : la difficulté à manager les collaborateurs à distance, qui se désengageraient en un clin d’œil. Pourtant, 55 % des managers plébiscitent le télétravail. Comment cela s’explique-t-il ?

La culture du présentéisme, particulièrement forte en France, soutient que maintenir les collaborateurs sur place est un gage de productivité. Par conséquent, vous jurez que le télétravail est la porte ouverte au désengagement. Bien au contraire, on ne travaillerait pas moins à distance – mais plus, que ce soit par reconnaissance ou par culpabilité ! Si cela peut vous rassurer, l’addiction au travail est justement une des pathologies qui touchent ceux qui travaillent à distance.

Cependant, les opposants du télétravail n’ont pas tout à fait tort, la perte du lien social est un réel enjeu. C’est pourquoi de plus en plus de télétravailleurs préfèrent se rendre dans des bureaux de coworking plutôt que de rester seuls à domicile. Il est recommandé de commencer par un jour par semaine à distance. D’ailleurs, la fréquence idéale de télétravail serait d’entre six et sept jours par mois. Pourquoi ne pas commencer en proposant des journées par équipe chaque mois ? En plus de faire souffler un vent de liberté sur le quotidien des collaborateurs, ces derniers pourront mieux se projeter dans la situation d’une journée hors les murs.

À lire aussi : Le nomadisme vous rendrait-il plus intelligent ?

« Il faut se voir pour se comprendre »

Faux. Fort heureusement l’innovation vient à notre rescousse. Trêve de déconnexion ! Pendant les heures de travail, la messagerie instantanée professionnelle fluidifie la communication tout au long de la journée. On ne s’encombre plus de formules ou de boucles de mails interminables (autant chercher une aiguille dans une botte de foin). Les fils de discussion dédiés à un sujet précis réorganisent les messages et favorisent la bonne circulation des informations. Communiquer à distance demande une approche qui va à l’essentiel, certains en prendront de la graine !

Au travers d’applications comme Slack, Teams ou celle de votre logiciel d’entreprise, on voit la dimension humaine trouver sa place. En effet, la plupart des entreprises possèdent des chaînes dédiées à l’échange non professionnel, répliquant les bavardages quotidiens autour de la machine à café. Certaines équipes ont même instauré un appel en visioconférence collectif à la même heure chaque jour. Ainsi en un quart d’heure on commence la journée par un tour d’écran des missions et tâches de chacun. Cela, sans avoir à affronter les risques et la fatigue liés aux trajets quotidiens, avis aux retardataires pathologiques ! Quelle que soit l’application que vous préférez, construire une communauté en ligne est bel et bien possible.

« Le télétravail ne s’applique pas à notre secteur »

Vrai et faux.

La sécurité

Des préoccupations d’ordre logistique en tête, beaucoup pensent que le télétravail met en danger la sécurité des données de l’entreprise. Les cyberattaques sont de plus en plus poussées et sournoises pour cibler et soutirer les informations de valeur. Il est donc naturel de penser que les salariés en télétravail mettent en danger l’intégrité de vos données. Face à cette menace, certains lieux de coworking se sont équipés de systèmes différenciant les connexions de leurs usagers via des réseaux privés virtuels, allant jusqu’à la sécurisation des imprimantes et photocopieuses.

Si vous craigniez pour la confidentialité de vos données physiques, optez pour un coworking où les collaborateurs seront accueillis dans un espace privatisé, un bureau satellite en quelque sorte. Renseignez-vous aussi sur la possibilité d’un verrouillage électronique des bureaux. Au final, le travail de vos salariés sera bien plus en sécurité en coworking que chez eux !

La fonction en elle-même

Quant aux artisans ou créatifs, architectes et autres… qui ont effectivement besoin d’ateliers, de chaînes de production ou autres matériels très spécifiques : en effet, le coworking n’est guère adapté. Sauf que. Le coworking, c’est aussi participer à des conférences, des afterworks, rencontrer du monde et échanger des idées. Alors, pourquoi ne pas imaginer faire un peu d’administratif en télétravail et donner ainsi l’occasion à vos équipes de voir autre chose ?

À lire aussi : Coworking et partage de la parole, voyage en Papouasie

« Le télétravail est une charge administrative supplémentaire »

Faux. Du point de vue administratif, cela ne change aucunement le statut de vos collaborateurs. Il n’y a rien de plus simple. Depuis septembre 2017 la loi française précise que tout salarié dans le privé français justifiant d’une ancienneté d’au moins un an peut bénéficier du télétravail, par un simple accord écrit ou oral entre les deux parties.

En outre certains espaces de coworking connaissent bien les problématiques et freins des entreprises : leurs solutions sont flexibles, les formalités allégées au maximum… tout est conçu pour rendre les choses simples.

« Le télétravail va plomber mon budget »

Encore faux ! Tout d’abord la dépense peut être minime : on peut choisir de payer à l’heure, la demi-journée, la journée… de façon ponctuelle. Ou choisir de s’abonner mais sans engagement, afin de voir comment les choses se passent. Toutes les études convergent pour affirmer que le gain de temps et la satisfaction éprouvée compensent largement la dépense occasionnée.

Peur que la mise en place du télétravail dans votre entreprise bouleverse un train-train quotidien qui fonctionne plutôt bien ? Et si, en donnant une part de liberté aux collaborateurs, vos opérations fonctionnaient encore mieux ? La prise d’autonomie et d’une plus grande responsabilité ont été cités comme des bienfaits d’une transition en télétravail réussie. Travailler hors les murs se prépare, mais des formules existent pour procéder pas-à-pas.

Au fait ! Chez Wojo, on ne fait pas qu’écrire !

Découvrez ce que l'on propose d'autre...

Bureaux privatifs

À partir de 460€ / mois

Espaces partagés

À partir de 9,90€ / mois

Salles de réunion

À partir de 15€ / heure

Je souhaite publier à titre personnel