Fin de carrière difficile, taux de chômage supérieur à la moyenne européenne, les seniors pâtissent du regard que pose la société sur eux. Un regard qui ne valorise pas leur expérience, pourtant précieuse pour le marché du travail, ni leur rôle essentiel dans les structures familiales. Pour répondre aux enjeux propres aux seniors dans les organisations et sur les territoires, Élodie Llobet a fondé le cabinet de conseil et d’études Generacio. Elle nous livre sa vision de cette génération qui n’a pas peur de retrousser ses manches pour réussir à concilier vie pro et vie perso.

À quel moment devient-on senior ? Après 40 ans dans certains métiers, 55 ans dans d’autres, au plus tard lorsqu’on prend sa retraite ou qu’on devient grand-parent. « La vision des seniors dans le monde du travail est caricaturale, regrette Élodie Llobet. Improductifs, trop chers, les clichés nuisent à leur employabilité, et beaucoup ont du mal à retrouver un emploi après 55 ans. » En 2018, moins de 30% des 60-65 ans étaient encore employés en France, contre 40% environ pour le reste de l’Europe1.

Les seniors en entreprise, une golden ressource sous-exploitée

« Il y a un vrai sujet en France autour de la fin de carrière, rappelle Élodie. Aujourd’hui, on peut rester dans l’entreprise jusqu’à 62 ans minimum, et plus si on le souhaite. Cela veut dire qu’à 45 ans, les seniors ont encore 20 ans devant eux dans le monde du travail ! Il y a un gros enjeu de formation continue sur l’évolution des métiers, pour assurer leur employabilité, qui ne fait pas vraiment partie des priorités des entreprises aujourd’hui. » À cela s’ajoute un facteur financier : les seniors pèsent plus lourd dans la masse salariale, ce qui fausse la réflexion au moment de choisir entre recruter un collaborateur expérimenté ou deux juniors à former.

« C’est oublier que les travailleurs qui sont restés longtemps dans un secteur d’activité, qui ont connu ses évolutions, possèdent une expertise rare. Ce savoir intangible est très précieux. Il y a aussi un enjeu de transmission sur des savoir-faire, une culture d’entreprise, qui doit être accompagné. »

La « Génération Sandwich », coincée entre le boulot, les parents et les enfants

Les seniors font aussi face à de nouvelles missions pour lesquelles ils reçoivent peu de reconnaissance. « Les grands-parents d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec nos grands-parents à nous, sourit Élodie. Ils ont des enjeux de conciliation de vie professionnelle et vie personnelle très forts. On pense souvent que ces questions interviennent autour de la trentaine au moment de construire sa famille. Mais pour les salariés seniors, la question c’est comment concilier son job avec des petits-enfants à garder, et des parents âgés qui ont besoin d’appui. Ce thème universel touche tous les métiers et toutes les catégories socio-professionnelles. » Rappelons qu’en France, les grands-parents assument près de 17 millions d’heures de garde par semaine auprès des petits de moins de six ans par semaine2, pour des dépannages ponctuels ou réguliers. Tout de même. « Ces questions-là interrogent la politique RSE des entreprises, et leur ouverture d’esprit par rapport à ces enjeux sociologiques et sociaux. Quelles solutions sont-elles prêtes à mettre en place pour les seniors afin qu’ils concilient par exemple efficacement leur job et leur rôle d’aidants familiaux ?”

À lire aussi : La RSE, une démarche devenue incontournable pour les entreprises. L’essayer, c’est l’adopter !

Les seniors entrepreneurs : l’heure de gloire de la vieille garde a sonné

Face à des entreprises qui peinent à leur apporter des réponses, les seniors s’organisent. Ils sont de plus en plus nombreux à prendre leur destin en main et à créer leur entreprise pour valoriser leur expérience et gérer leur temps comme ils l’entendent. « Ces profils-là ont besoin d’un accompagnement particulier pour pérenniser leur activité et revendre leur expertise. » Signe des temps : un rapport du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) montre qu’en 2017, le nombre d’entrepreneurs de plus de 50 ans dépasse celui des entrepreneurs de moins de 30 ans3. Plus intéressant encore, ces seniors, et plus particulièrement ceux ayant dépassé les 65 ans, osent prendre davantage de risques que leurs cadets. On est bien loin de l’image poussiéreuse des retraités qui cultivent leurs bégonias pour tuer le temps… 

Thomas Schøtt, l’un des auteurs du rapport du GEM, enfonce le clou. « Les entrepreneurs seniors emploient plus souvent dans leur entreprise plus de cinq personnes, contrairement à leurs homologues plus jeunes. Ainsi, ils ne créent pas seulement des emplois pour eux-mêmes mais pour les autres. » Expérience, réseau, volonté à rester productifs : autant d’atouts qui font des seniors une immense ressource dans l’économie. Sans compter que chaque travailleur senior continue à cotiser et ne constitue donc pas un fardeau financier pour la société.

Au rayon des initiatives à suivre, Élodie Llobet mentionne aussi les créations d’entreprises intergénérationnelles, intégrant des associés seniors et des plus jeunes, qui tirent le meilleur parti des qualités de chaque génération. Alors comment les aider à se rencontrer ?

Les espaces de coworking, un lieu de brassage entre générations et d’intégration des seniors

« Les espaces collaboratifs comme Wojo jouent un rôle important pour le maintien des seniors sur le marché du travail, en tant qu’indépendants experts et créateurs d’entreprises. Un espace de coworking est un lieu ouvert, multigénérationnel, qui brasse différentes tailles d’entreprise, explique Élodie. L’une des missions de ces espaces est de bien intégrer ces seniors, en répondant à leurs attentes en matière d’activités et services… car ils ne sont pas forcément passionnés par les afterworks autour d’une console ! » Autre question sur laquelle Élodie invite les espaces de coworking à se pencher : comment capitaliser sur l’expertise des seniors pour en faire bénéficier l’ensemble de la communauté ? « Leur expertise est très recherchée par les start-up en manque de profils expérimentés : la mise en relation entre membres apporte une réponse pertinente pour les deux générations. »

Generacio, un cabinet qui voit plus loin que le bout de son nez

Les problématiques liées à l’entreprise ne sont qu’une partie de l’activité de conseil d’Élodie. Passionnée par l’enjeu de ces évolutions démographiques pour les territoires, elle intervient auprès de collectivités et d’entreprises privées qui se posent des questions sur les impacts du vieillissement de la population sur leurs activités. Elle vient par exemple de réaliser pour le compte d’une mutuelle un rapport d’étude portant sur les enjeux sociologiques et territoriaux de l’EHPAD hors les murs et du domicile connecté.

Elodie bataille aussi à sa manière pour faire évoluer les représentations médiatiques des seniors, luttant contre l’âgisme. « C’est absurde : en 2050, un tiers de la population française aura plus de 60 ans. Il est temps de faire évoluer notre regard sur l’âge. Quand on voit l’investissement associatif, citoyen, culturel des seniors, on réalise que bien des rouages sociaux seraient grippés sans eux ! Une fois à la retraite, il leur reste en moyenne 30 ans d’espérance de vie : c’est énorme. Ils ont le temps de contribuer de mille manières au tissu social et au dynamisme économique ». Un point de vue qu’Élodie a détaillé dans une récente intervention lors du TedxCelsa, et dans une longue interview accordée au magazine Uzbek et Rica, et qu’elle défend jour après jour auprès de ses clients.

Merci à

Membre Wojo de la première heure, Élodie Llobet est diplômée du MS Celsa Entreprendre et de l’ESC Clermont. Elle a travaillé en collectivités locales avant de créer le cabinet Generacio, né du croisement de ses deux expertises : celles sur les politiques publiques locales, et sa spécialisation sur les enjeux démographiques et sociologiques liés au vieillissement de la population. Generacio est spécialisé dans l’accompagnement des collectivités locales et des organisations sur les enjeux de la transition démographique. À sa manière, Elodie œuvre à la co-construction d’une société innovante et inclusive pour toutes les générations. Twitter @elodiellobet
Linkedin :
https://www.linkedin.com/in/elodiellobet
elodie.llobet@generacio.fr 

1 – Source INSEE, 2018.
2 – Source étude de la DREES, 2018.
3 – Source : GEM 2016 / 2017 Report on Senior Entrepreneurship

Article rédigé par Clémentine Garnier pour
Wojo
Work. Share. Live.

Vous souhaitez publier un article sur le blog Wojo ?

Contactez-nous

Avez-vous aimé cet article ?

Moyenne / 5. Nombre de votes

Publier un commentaire