À l’heure de cette transformation digitale qui en effraie plus d’un, le numérique vient également se poser en sauveur des collaborateurs. Comment ? Grâce à ces nouveaux outils digitaux, qui transforment certes les métiers, mais pas seulement. Le digital est également présent pour nous rendre le quotidien du travail plus simple et pour créer du lien entre nous, mine de rien.

Certains ont peur de voir le numérique faire disparaître leur emploi. L’intelligence artificielle et la blockchain sont pointées du doigt, tandis que les comptables et les notaires tremblent légèrement devant les changements qui les menacent. Et si demain, une IA assez puissante et quelques algorithmes bien pensés pouvaient réaliser notre comptabilité à la place des comptables ? Et si la blockchain, avec ses smarts contracts et ses échanges de pair à pair sécurisés, transformait le métier de notaire, quitte à le faire disparaître ?

Oui, le numérique va transformer les métiers, c’est une certitude. Est-il utopiste de dire qu’il peut le faire en bien ? N’est-ce pas à nous de décider de l’orientation à donner à l’innovation numérique, pour qu’elle soit un support de développement fiable et utile ? Plusieurs entreprises françaises l’ont déjà envisagé et font en sorte de mettre du sens dans le numérique et surtout de l’utile. On vous présente quelques-unes de leurs initiatives.

Travailler, c’est collaborer

Faut-il encore présenter Slack ? L’outil de chat collaboratif, qui permet aux équipes d’échanger en entreprises, dans un système de chaînes, ouvertes à des groupes de collaborateurs déterminés ? C’est certainement l’un des chats les plus utilisés du moment par les start-up, mais qui présente tout de même des limites, surtout pour les grosses structures.

C’est ici que l’un des chouchous de la communauté Wojo sort son épingle du jeu. Je veux parler de talkspirit. Qui ? Et oui, derrière ce nom anglais se cache une entreprise française qui a pour objectif d’accompagner les entreprises dans leur transformation digitale. Leur solution est un outil collaboratif visant à faciliter les échanges au sein des différentes équipes d’une structure. Il faut y voir une plateforme de collaboration, donnant la possibilité de partager documents et fichiers, de les éditer, de les classer, d’ajouter ou synchroniser un calendrier, de créer des check-lists, de faire de la vidéo-conférence, du partage d’écran, en gros de tout centraliser.

A lire aussi : Attention, le micro-management tue

Comme le précise Philippe Pinault, fondateur de l’entreprise, « nous sommes entrés dans une nouvelle ère où l’entreprise devient une plateforme d’intelligence collective, où l’information en est le carburant essentiel ; une ère où la complexité des situations a érigé le travail collaboratif comme la norme. » Eh oui, pour entrer dans cette ère du collaboratif, le numérique vient faciliter le travail nomade, au-delà du simple mail, permettant aux équipes d’échanger d’un bout à l’autre de la France ou du monde.

Travailler, c’est partager

Travailler, ce n’est pas seulement rester assis sur une chaise, le regard rivé sur un écran et le poignet droit ou gauche coincé sur une souris mettant en péril le bien-être de notre canal carpien. Travailler, c’est aussi partager des moments conviviaux avec des collègues, des coworkers, des voisins d’immeuble de bureaux. C’est à cet instant fatidique que le numérique intervient pour tenter de mettre du lien social entre les individus et les rassembler autour d’un objectif commun, le bien-être et la détente.

Selon une étude menée par Wojo en 2019, les relations conviviales font d’ailleurs partie des cinq critères d’épanouissement au travail prioritaires pour les Français. Et c’est l’ambition de la start-up Comeet de renforcer cette convivialité en utilisant une application carburant à l’intelligence artificielle. Ici, point de rencontre amoureuse au programme. Il s’agit de mettre de la qualité de vie au cœur du travail, en permettant à ceux qui le souhaitent de se rassembler autour d’activités communes, comme le sport, les afterworks, et quelques rendez-vous geeks au passage. L’ambition de Samuel Metias, le fondateur de l’entreprise, est de créer une application « pour sortir de l’isolement au bureau ».

A lire aussi : Le bootstrapping, quand il suffit de peu pour réussir

C’est que travailler, c’est aussi être en interaction avec les autres, et le faire seulement au travers de réunions un brin soporifiques ou de mails interposés, ce n’est pas suffisant. Ce n’est pas ce que les collaborateurs attendent non plus, ceux-là mêmes qu’il faut motiver, engager et fidéliser sur la durée, afin qu’ils participent à l’essor de l’entreprise. Ici, le numérique vous aide à briser la glace, à partager des moments de convivialité, permet aussi de souder au quotidien une équipe qui veut aller de l’avant.

Travailler, c’est vivre ensemble

Ne nous le cachons pas, le vivre ensemble dans l’entreprise et même en dehors de l’entreprise n’est pas une mince affaire. Dès que l’humain entre en jeu, les choses se compliquent. Déjà, il faut savoir reconnaître le travail de chacun et être en mesure de le partager. Il faut aussi savoir communiquer sur les erreurs et les points d’améliorations, sans passer pour un tyran.

Bref, il faut savoir communiquer ensemble. Et force est de constater que la communication n’est pas forcément le fort de tout le monde, surtout dans une société en évolution, où la hiérarchie se transforme, se partage, se dissout parfois. Alors, comment faire pour mieux communiquer ? Là encore, certains se sont dit qu’il était possible d’utiliser le numérique afin d’améliorer les échanges en entreprise. Ici, pas question de parler gestion de projet ou échanges entre business unit. Non, non, non, du tout. Il est question d’améliorer l’engagement. Autrement dit, « comment créer une expérience de travail irrésistible ? »

C’est la mission que s’est fixé David Guillocheau avec l’application Zest, qui en parlait récemment lors d’une table ronde au Wojo Saint-Lazare. Sa recette magique ? « Commencer par écouter les collaborateurs en détectant quels sont leurs attentes, les irritants et les priorités d’action pour améliorer cette expérience sur toutes les facettes et les dimensions qu’elle peut avoir, que cela soit la politique RH, les process, le style de management, les locaux, les outils de travail et les conditions de travail. »

Et de continuer : « Une organisation, ce ne sont ni des robots ni des machines. Ce sont des personnes comme vous et moi qui ont une motivation le matin pour venir au travail, qui peuvent avoir une déception par rapport à une évolution de carrière, qui peuvent ne pas avoir la possibilité de collaborer avec d’autres équipes en transversal. C’est ce qui va faire la différence concrètement dans la performance des équipes et globalement la performance de l’entreprise. »

Alors, oui, l’ambition du numérique, c’est de changer le monde de l’entreprise, pas seulement pour faire disparaître quelques emplois. Il s’agit aussi et surtout de changer les choses dans le bon sens en remettant l’humain au centre, et non le contraire.

Article rédigé par Aurore Bisicchia pour
Wojo
Work. Share. Live.

LAISSER UNE RÉPONSE