Peut-être avez-vous lu ou entendu parler de l’étude publiée par Savills Ce que veulent les travailleurs ?

L’enquête examine ce que les travailleurs européens considèrent comme important sur leur lieu de travail, et ce qui les crispe. Elle pointe par conséquent ce que les opérateurs de bureaux et/ou employeurs feraient bien d’améliorer, pour attirer et retenir les talents. Wojo pointe pour vous.

Qui est content de son lieu de travail ?

59 % du panel interrogé (soient 11 000 personnes à travers l’Europe) se dit globalement satisfait de son lieu de travail, contre 9 % de franchement mécontents… Les bonnes natures qui s’estiment les mieux loties travaillent aux Pays-Bas (73% de satisfaits). Mais seulement 49% des Français aiment leur bureau, un taux décevant, qui serait à relier au temps de trajet.

La sagesse viendrait-elle avec l’âge ? 63% des répondants européens de plus de 55 ans sont satisfaits de leur lieu de travail, contre 58% des répondants de 18 à 34 ans… un résultat à croiser avec une étude Deloitte, selon laquelle seulement 7 % des digital natives (18-30 ans) se voient travailler dans des bureaux « classiques » (1) : sachant qu’ils représenteront plus de la moitié des actifs d’ici à 5 ans, on peut alors craindre que le taux de satisfaction chute vraiment, si personne ne fait rien…

Comment palier cette insatisfaction ? Est-il difficile, impossible pour une entreprise d’avoir 99,99% de ses collaborateurs satisfaits de leur lieu de travail ? Chez Wojo, nous pensons que non. On vous donne un indice : ne raisonnez plus en lieu de travail mais en lieuX de travail…

Le temps de trajet, un obstacle à la satisfaction

Le temps de trajet est la première chose que les européens aimeraient changer concernant leur lieu de travail, avant même leur manager ou leurs collègues (ouf) ! Pour 86% d’entre eux, il est ce qui compte le plus.

L’étude révèle qu’en deçà de 30 minutes de trajet, plus de 60% des employés sont satisfaits de leur lieu de travail. Un temps qui influe aussi sur la fidélité à l’entreprise. Or le temps de trajet des travailleurs français figure parmi justement les plus longs (50% de leurs déplacements vont au-delà de 30 minutes aller simple).

Mais comment héberger stratégiquement son entreprise et satisfaire géographiquement chacun de ses employés ? Le télétravail, organisé de façon hebdomadaire ou mensuelle, peut alors être une solution pour permettre à vos équipes de lever le pied, ou de faire du vélo : selon l’étude Inkidata pour Wojo, 72% des Français affirment vouloir télétravailler… mais seulement 27% d’entre eux le font (2).

Le bruit et le manque de confidentialité, deux bêtes noires

L’étude Savills avertit les employeurs : 37% des sondés se disent mécontents quant à la disponibilité d’espaces de travail calmes pour travailler (ils sont 81% à en réclamer davantage). Et 34% se plaignent du bruit.

Rien d’étonnant alors à ce que l’on découvre que « 30% des employés en open space estiment que la configuration de leur espace de travail a un impact négatif sur leur niveau de productivité, contre seulement 11% des travailleurs qui se trouvent en bureau fermé ».

Pour autant, cela signifie-t-il que les espaces de travail partagés nuisent à la productivité des équipes ? Ou que, comme le pensent la plupart des Français, coworking rime avec bruit (3) ? Certes non ! Cela veut simplement dire que vous devez y regarder à deux fois avant de faire aménager un open space dans vos locaux ou opter pour un espace de coworking : acoustique, matériaux & mobilier, zones de circulations, mise à disposition d’espaces strictement réservés au travail dans le calme… autant de critères qui ne s’improvisent pas. Chez Wojo, 70% des espaces sont privatifs, et donc : silencieux.

Que veulent les travailleurs ?

Pas la lune, en tous cas !

Savills dénombre huit incontournables : la propreté des lieux, le confort de la zone de travail, pour 88% des sondés ; un bon éclairage, la qualité de l’air et le temps de trajet pour 86%… viennent ensuite l’acoustique, la température… ou encore, la qualité de la technologie Wi-Fi (83%).

L’étude met également en avant le besoin de bénéficier d’une typologie variée d’espaces (bureaux en station debout, cafés, salles de pause…), l’environnement (quartier bien desservi, des espaces verts à proximité…).

Vous nous accorderez que les attentes sont plus que raisonnables… Doit-on en conclure que de nombreux employeurs ne respectent pas les basiques… Dans ce cas, les Français auraient bien raison de se déclarer insatisfaits !

Innover pour proposer des espaces de travail qui réconcilient tout le monde

L’étude Savills nous conforte dans nos convictions : héberger une entreprise (mais plus encore, les femmes et les hommes y qui travaillent chaque jour) est un métier et un défi à part entière.

Il manquait une offre qui couvre tous les challenges auxquels sont confrontés les sociétés, en matière de management, autonomie, nouveaux usages…

C’est ce qu’a fait Wojo, en imaginant une nouvelle typologie de lieux et services mixant espaces de travail animés ou silencieux, bureaux privatifs, parkings, salles de réunions, et lieux de vie commune.  

Pour répondre à l’immense enjeu du temps de trajet, Wojo offre à ses abonnés la possibilité de se rendre librement dans n’importe quel espace de son réseau. Plus de 1200 adresses partout en France et en Europe sont prévues d’ici à 2022, pour permettre, à terme, à chacun de trouver un lieu où travailler à moins de 10 minutes de l’endroit où il se trouve.

Alors, oui, le nomadisme et les espaces de travail partagés sont la réponse à l’insatisfaction des collaborateurs. Mais pas à n’importe quel prix, ni dans n’importe quelles conditions, au risque de retomber dans les défauts pointés par l’étude Savills ! Voilà pourquoi Wojo certifie le niveau de qualité de ses espaces : accueil, éclairage premier jour, calme, mobilier, propreté, connexion wifi sécurisée… basique, non ?

Chez Wojo, les basiques sont garantis. C’est ce qui nous permet de nous concentrer sur d’autres enjeux : services, convivialité, accompagnement, stimulation… La vraie vie, en somme. 


[1] Deloitte & Essec, dans Le coworking à Paris et en Ile de France Portrait d’un acteur qui monte Arthur Loyd (1er réseau national de conseil en immobilier d’entreprise) — juillet 2017

[2] – Inkidata pour Wojo, Les Français et l’épanouissement au travail, février 2019

[3] – idem

Vous souhaitez publier un article sur le blog Wojo ?

Contactez-nous

Publier un commentaire