>

Luc Bretones est le CEO de Purpose4Good et chercheur associé à la Chaire ESSEC en innovation managériale et excellence opérationnelle. Passionné par les nouvelles formes de management, il organise en mars 2020 l’événement international The NextGen Enterprise Summit.

« Si les sujets de l’innovation de produit, servicielle ou encore, technologique ne concernent pas tous les travailleurs, le management de demain, lui, nous impactera tous. Et dans une société qui ne fonctionne plus très bien, ce dernier constitue une véritable opportunité dont il faut impérativement se saisir », explique-t-il. Voilà pourquoi selon Luc Bretones, l’innovation managériale doit être la prochaine grande révolution qui se produira dans le monde de l’entreprise.

Luc, tu organises les 26 et 27 mars prochains le NextGen Summit. De quoi s’agit-il, très concrètement ?

luc bretones
Luc Bretones, organisateur du NextGen Enterpise Summit

Il s’agit d’un sommet international, qui rassemblera les meilleurs experts mondiaux des gouvernances autour du sujet de l’innovation managériale. Il se tiendra au Centre de conférence Pierre Mendès France du Ministère de l’Économie et des Finances, sous le haut patronage de Bruno Le Maire et avec le soutien de Manpower, Maif, Holaspirit et Octo Technology.

Reconnaître les nouvelles manières de travailler, c’est participer au mouvement de transformation sociétale des organisations et ainsi vouloir changer le monde.

Concrètement, pendant deux jours, des professionnels pourront assister et/ou participer à des keynotes, tables rondes, débats et workshops, animés par des speakers venus d’une trentaine de pays…  Seront notamment présents, côté français : Isabelle Kocher (CEO ENGIE) Jean-Dominique Senard (CEO Renault) Pascal Demurger (CEO MAIF), Alain Roumilhac (CEO Manpower).

En parallèle, les trophées de l’entreprise de nouvelle génération « The NextGen Enterprise Awards » récompenseront les projets de management, d’organisation, de gouvernance et à impact sociétaux (voir modalités de participation à la fin de cet article).

Pourquoi ce sommet ?

Ma conviction est que notre société occidentale est arrivée aux limites du modèle qui a fait son succès, et ne va pas bien. L’une des explications réside dans le manque d’épanouissement au travail.

Le digital, notre monde désormais transparent, le partage d’informations… ont sans conteste contribué à nous faire renouer avec les notions d’équité et de collectif. Les millenials en particulier sont le reflet de ces aspirations récentes et d’un besoin de contribuer à quelque chose de positif. Or il y a aujourd’hui un trop grand hiatus entre ce à quoi beaucoup d’entre nous aspirent, voire parviennent à vivre à titre personnel et ce à quoi nous consacrons le plus clair de notre temps (sur notre lieu de travail).

Sortir du seul profit, sortir du seul résultat net… Ne peut-on espérer plus ? Je ne remets pas en cause l’économie de marché : mais on doit pouvoir faire mieux.

Dès lors demander à une personne censée de s’épanouir dans une tâche qu’elle ne comprend pas, dans une atmosphère où le principe autorité/soumission est encore de rigueur, ne peut que générer des frustrations : la dernière étude de l’institut Gallup nous apprend ainsi que 85% des employés (partout dans le monde) se disent désengagés. 18% sont quant à eux fortement désengagés et estiment avoir une relation toxique à leur travail… : je pense qu’il y aurait moins de crises sociales si nous réformions les règles du travail.

L’un des enjeux majeurs du XXIe siècle est de reconfigurer le management traditionnel.

Quelle est l’ambition de The NextGen Enterprise Summit ?

Beaucoup d’entreprises fonctionnent aujourd’hui avec trop de contrôle et pas assez de place laissée à la prise d’initiative. Pourtant d’autres, qui sont des milliers de par le monde, ont basculé vers des gouvernances qui impliquent chaque collaborateur et font la place au désir de participation grandissant : elles n’en négligent pas pour autant les nécessités de performance économique et concurrentielle ! Mais elles testent d’autres rapport hiérarchiques, d’autres façon de prendre les décisions…

Toutes ces pratiques [managériales], pour être généralisées et devenir des standards, ne doivent pas rester à l’état d’expérimentation mais être connues et reconnues. C’est l’objectif de The NextGen Enterprise Summit

The NextGen Summit n’a rien à vendre, il s’adresse à tous les managers désemparés par le désengagement de leurs équipes, dans un contexte grandissant d’accélération, de complexification et d’injonction à innover : aider à comprendre ce qui est en jeu, mettre des mots sur des sentiments… alors que les organisations se trouvent aujourd’hui confrontées à des challenges d’adaptation sans précédent.

Notre souhait est d’échanger de pair à pair, faire le point sur ce qui a été testé, sur les méthodes et outils déjà éprouvés, de proposer des ateliers, afin que chacun reparte avec des solutions ou du moins des pistes à explorer. Les DRH sont eux aussi attendus pour parler innovation managériale.

Le NextGen Enterprise Summit se déroulera sous le haut patronage de Bruno Le Maire. Le ministère de l’Economie et des Finances entend-il jouer un rôle actif ? Que doit-il ressortir de cet événement ?

Le gouvernement français est très impliqué dans l’innovation technologique : mais les entreprises concernées par la technologie ne doivent pas pour autant oublier le volet managérial, sans quoi elles seront de toutes façons dépassées.

Le challenge à court terme est celui du changement d’état d’esprit.

La récente loi Pacte intègre le principe de société à mission dans le droit français : il s’agit, en deux mots, de concilier l’intérêt commun des associés et la poursuite d’un objectif plus large d’intérêt général. Ceci permet donc d’élargir la finalité de l’entreprise à autre chose que le seul partage de bénéfice ou la seule réalisation de profit.

Or devenir une société à mission implique pour l’entreprise de réengager son collectif et d’adapter son management afin de coconstruire avec ses employés, mais aussi toutes ses parties prenantes, une « raison d’être » à impact positif. Cela va permettre d’encourager et vulgariser la notion d’entreprise étendue, ou entreprise qui se conçoit comme un écosystème, à l’instar d’un récif corallien : plus le récif est grand, plus les parties prenantes ont pleine conscience de la force de la symbiose, plus il sera florissant.

Avec le RGPD, l’Europe entend se différencier des États-Unis et de l’Asie en se positionnant comme une enclave éthique en matière d’accès et d’exploitation des Data. Et elle espère bien attirer ainsi des entreprises responsables du monde entier. Pouvons-nous imaginer qu’une certaine « culture française (ou européenne) du management » pourrait émerger ? 

En effet, dans le sillage de la loi Pacte, notre ambition est de travailler à la définition d’un cadre européen de l’entreprise à mission type, qui permette de réformer le monde des affaires positivement.

On sait tous que les Américains et les Chinois sont très avancés en termes d’innovation technologique, on sait moins qu’ils le sont aussi sur l’innovation managériale.

Pourtant l’Europe et la France en particulier, forte de ses valeurs et sa culture, a toutes les cartes pour proposer son propre modèle, un framework européen, à même de tirer tout le monde vers le haut. Nous travaillons dans ce sens étroitement avec l’Allemagne et la Hollande, notamment. The NextGen Summit est une première édition dédiée à l’innovation managériale : il y en aura d’autres, qui se dérouleront peut-être dans d’autres capitales européennes.


À propos des trophées…

Les trophées de l’entreprise de nouvelle génération The NextGen Enterprise Awards récompenseront des projets de management, d’organisation, de gouvernance et à impact sociétaux menés dans les entreprises. Ils ont pour but de promouvoir les manières opérationnelles et innovantes d’opérer la transformation, pour construire l’entreprise de demain, le travail du futur et un avenir sociétal.

Qui peut candidater ?

Absolument tout le monde, il ne faut pas être timide ! Il est très simple de déposer son intention de candidature : cela se passe en sept questions courtes. Il vous sera demandé de préciser quel champ est concerné par votre projet d’innovation (déploiement d’applications numériques, choix d’organisation alternative, nouvelle gouvernance… : attention, un seul choix possible). Puis d’expliquer vos motivations, votre calendrier, les moyens mis en œuvre… d’exposer les résultats obtenus et enfin, de mettre en valeur les points forts de votre projet.

Les dossiers de candidature seront analysés par un jury international de professionnels, d’experts et d’académiques sur la thématique de l’innovation managériale.

Infos pratiques trophées :

  • Intention de candidature jusqu’au 20/12/2019.
  • Remise du dossier de candidature (15 slides) : 15/01/2020
  • Retour du comité de sélection : 01/02/2020
  • Réalisation et envoi d’une vidéo de 5 minutes présentant le projet : 10/03/2020
  • Cérémonie de remise des trophées : soirée du 26/03/2020

Propos recueillis par Laëtitia Cognie pour Wojo

Au fait ! Chez Wojo, on ne fait pas qu’écrire !

Découvrez ce que l'on propose d'autre...

Bureaux privatifs

À partir de 460€ / mois

Espaces partagés

À partir de 9,90€ / mois

Salles de réunion

À partir de 15€ / heure

Je souhaite publier à titre personnel